2021, c’est parti !

C’est la rentrée ! Toute l’équipe de la maison de l’architecture de Lorraine vous souhaite une année riche de nouvelles expériences, de beaucoup de découvertes et de belles rencontres.

2021 s’annonce aussi singulière que l’année tout juste écoulée, mais nous restons convaincus de l’utilité de notre mission de transmission des valeurs culturelles et citoyennes liées à l’architecture, la ville et le paysage. C’est pourquoi – maintenant plus que jamais ! – nous sommes mobilisés pour continuer à proposer des actions qui touchent la sensibilité de tous et alimentent les réflexions de chacun.


Alors, en attendant de vous proposer notre programme des mois qui viennent, nous vous disons : à bientôt !

Collection d’architecture lorraine : édition 2020

L’équipe de la maison de l’architecture de Lorraine est fière de vous annoncer que nos affiches et cartes sont désormais disponibles en ligne.

Éditée en 2020, cette première série d’illustrations aux accents pop est née de la volonté d’exposer l’architecture lorraine aussi bien sur l’espace public que dans les maisons. Avec une ambition : faire grandir dans les années à venir cet inventaire graphique du patrimoine bâti local !Vous retrouverez cette collection en vente, sur le site Achetez Grand Nancy ou en nous contactant directement.

Repère urbain 2020 – Ville de Saint-Mihiel

Les conditions actuelles ont lourdement retardé l’élaboration de notre guide urbain annuel. Toutefois, grâce à un travail acharné et à la mobilisation de tous ceux qui y ont contribué, nous y sommes parvenus.

Le repère urbain consacré à la ville de Saint-Mihiel vient tout juste de sortir. L’occasion pour vous de découvrir cette ville, et de comprendre notre engouement pour ses qualités architecturales !

Il est dès à présent disponible à la mairie de la ville de Saint-Mihiel et à la La Maison de l’Architecture de Lorraine.

Alors n’hésitez pas à nous contacter pour donner à votre prochaine balade, un air d’architecture.

Exposition Voir, faire & montrer : Voyages, par Moïse Mastaki, septembre 2020

Chaque année, l’exposition Voir, faire et montrer permet à un étudiant ou à un groupe d’étudiants de l’école d’architecture de Nancy de mettre en valeur ses travaux personnels. Proposé en coproduction avec l’école nationale supérieure d’architecture de Nancy et en partenariat avec la Ville de Nancy, le dispositif propose au public de découvrir l’architecture à travers un regard original et sensible, par des médias divers et variés.

En septembre de cette année, vous avez ainsi pu découvrir le travail de Moïse Mastaki, qui a proposé ses photographies de voyage la Galerie Neuf à Nancy.

Le voyage a forgé mon enfance et fait encore partie de ma vie aujourd’hui. Il a parfois été une obligation, une contrainte, mais également un nouveau plaisir de découverte.

Voyager d’un continent à l’autre m’a permis de forger ma personnalité, et de profiter d’expériences qui construisent aujourd’hui ma vision architecturale.


Au sein des différentes écoles d’architecture, le voyage constitue une part non négligeable de l’enseignement. Cette exposition photographique s’inscrit dans cette dynamique, en proposant un aperçu «au travers de l’objectif d’un étudiant en architecture» de ces thèmes que j’affectionne : voyages, photographies et architectures.

Exposition à La Chapelle Condé du 12 mars au 19 juillet 2020 – Sauver l’espace par Céline Thoué

Exposition Sauver l’espace, à la Chapelle de Condé

Initialement programmée en mars, en partenariat avec l’école de Condé de Nancy, l’exposition installée à La Chapelle Condé avait dû fermer ses portes dans la précipitation juste après le vernissage, en raison du confinement.

Sauver l’espace, conçue par Céline Thoué et élaborée au cours d’une semaine de workshop avec les étudiants en 3° année de design grahique de l’école, a pu de nouveau être proposée au public en juillet.

Malgré ce report estival, vous avez été très nombreux à venir découvrir le travail de Céline Thoué, artiste discrète mais néanmoins passionnée qui s’interroge sur la question de la perception et de la place que nous accordons aux paysages et au territoire aujourd’hui. Peut-être avez-vous été de ceux qui l’ont visitée en allant boire un verre au bar éphémère de La Terrasse, au parc de la Cure d’air tout proche ?

Pas moins de 600 personnes ont pu découvrir la richesse du travail de Céline Thoué et des étudiants de l’école lors des 4 week-ends d’ouverture de l’exposition. C’est le public qui valorise le travail que nous menons… et de tout cœur, nous l’en remercions !

Une multitude d’éléments, dessinés, gravés, imprimés, peints, estampés, récupérés, fabriqués… qui, une fois assemblés constituent une véritable cartographie urbaine !

Apéro conférences 2020

L’année avait pourtant commencé fort, avec un bel apéro dédicace du livre Construire avec le bois de Matthieu Fuchs & Julien Mussier et une salle comble au Royal Royal pour le premier apéro conférence de l’année avec le collectif HOBO.

Et puis… le cours des évènements a basculé ! Malgré tous nos efforts pour continuer à vous proposer ce rendez-vous mensuel, nous n’aurons pas eu le plaisir de vous retrouver aussi régulièrement que nous l’aurions souhaité cette année. Mais il nous faut tout de même remercier Marc Verdier, Jules Streiff et Moïse Mastaki pour nous avoir embarqué entre deux confinements dans leurs voyages , à travers les images qu’ils en ont rapporté !

Carnets de voyage par Marc Verdier

Retour sur le festival du film d’architecture 2019 : Urban exploration

Évènement phare de notre programmation, le festival du film d’architecture 2019 s’est tenu du 20 au 28 novembre, sur le thème de l’urban exploration. L’occasion de nous interroger sur le destin des ruines, leur destruction, leur idéalisation, leur reconversion et leur place dans nos vies quotidiennes.

Une nouvelle fois, nous avons tenu à proposer une édition riche en événements – entre projections débats, exposition, rencontres et temps de convivialité -, pour partager et mieux comprendre le regard posé par les explorateurs urbains sur ces lieux abandonnés.

La mission a été rendue possible grâce à nos partenaires que sont l’Institut Européen du Cinéma et de l’Audiovisuel, le Caméo Nancy, les cinémas Forum et l’Université Populaire de Sarreguimes Confluence, la MJC Lillebonne, Imag’est, la Ville de Nancy pour sa mise à disposition de l’auditorium du Musée des Beaux-arts et de la Galerie Poirel, le Muséum-Aquarium de Nancy, le Théâtre de la Manufacture et la Galerie Poirel, ainsi qu’au public nombreux et fidèle. À chacun, nous vous disons merci !

Revivez en image les temps forts de notre festival :

Mind travel Series / exposition de Francis Meslet – photographe
Rencontre avec Georges Rousse / amphithéâtre du Musée des Beaux-arts de Nancy
Projection de Stalker de Andrej Tarkovski
suivi d’une discussion avec Jean-Pierre Marchand / Cameo Commanderie
Ciné-concert : création musicale d’Aidan Baker
sur le film Homo Sapiens de Nikolaus Geyrhalter

Théâtre de la Manufacture

WE ARE BACK !

Vous l’avez sans doute constaté, le site n’était plus mis à jour depuis un long moment… Nous n’y avions plus accès suite à une attaque de spams à grande échelle. Grâce à la générosité d’un ami informaticien de l’association, c’est réparé ! Nous faisons notre possible pour rattraper le retard pris dans nos communications.

En attendant, n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook pour découvrir notre actualité ! ➡︎ La Maison de l’architecture de Lorraine

Retour sur la causerie à l’Excelsior

Il y a quelques semaines, nous étions réunis autour de Bernard Desmoulins, architecte, et de Pierre Hyppolite, enseignant-chercheur et auteur de plusieurs ouvrages déployant ses réflexions sur les liens qui se nouent entre littérature et architecture ; la discussion était modérée par Nadège Bagard, architecte et maître de conférence à l’école nationale supérieure d’architecture de Nancy.

Cette nouvelle causerie nous a permis de nous interroger ensemble sur la ruine architecturale, thème choisi pour conclure notre programmation 2019, en s’appuyant notamment sur La Ruine et le geste architectural*, recueil de textes écrits sous la direction de Pierre Hyppolite qui questionne « le destin des ruines, leur destruction, leur idéalisation, leur requalification, en soulignant l’entremêlement des critères idéologiques et esthétiques qui président à leur abandon, leur conservation ou leur remploi. »**

Autour de la table, des étudiants, architectes, philosophes, mais aussi Francis Mesletphotographe du silence – et Stéphane Grégoire – fondateur du label Ici, d’ailleurs… – tous deux passionnés d’Urbex (ou Urban exploration) qui ont participé à enrichir la discussion passionnante de cette troisième causerie annuelle de la maison de l’architecture de Lorraine.

Francis Meslet et Stéphane Grégoire sont par ailleurs partenaires du cinquième festival du film d’architecture de la MA Lorraine, qui cette année se penche sur le travail des… urban explorater ! Ces explorateurs du XXI° siècle, amateurs de sensations fortes, mais aussi férus d’histoire, d’architecture et de photographie qui pénètrent dans les maisons abandonnées, bâtiments désaffectés, friches industrielles, toitures, souterrains, pour fixer par l’image l’histoire de ces lieux avant qu’elle ne s’efface tout à fait. La boucle est bouclée !

Nous remercions chaleureusement nos deux invités, Nadège Bagard et tous les participants de cette belle soirée, ainsi que la radio Fajet pour l’enregistrement de la discussion. Vous pouvez retrouver l’intégralité de la discussion via ce lien et quelques clichés de la soirée ci-dessous.

*La Ruine et le geste architectural, textes préfacés par P. Hyppolite, Presses Universitaires de l’université Paris Nanterre, coll. « RITM », 2015
** Source : https://presses.parisnanterre.fr/?p=2729