Expositions dans le cadre du Festival du film d’architecture « Vivre l’utopie ? » – 15/11 19h

laurent-kronental_a3Expositionscecilia-marie-amelie-raucourt-emma-schwarb-extrait-de-revoir-les-villes-01

« Revoir les villes, Regards sur les villes invisibles d’Italo Calvino » Marie Amélie Raucourt & Emma Schwarb

&  « Souvenir d’un futur » Laurent Kronental

Lundi 07.11 au Samedi 17.12
Vernissage : mardi 15.11 à 19h
Centre Culturel André Malraux – Scène Nationale de Vandoeuvre-lès-Nancy

 

Exposition « Revoir les villes, Regards sur les villes invisibles d’Italo Calvino »
Marie Amélie Raucourt & Emma Schwarb

cecilia-marie-amelie-raucourt-emma-schwarb-extrait-de-revoir-les-villes-01

Villes invisibles ou villes visibles ? Texte ou tissus urbain ? Littérature ou monde ? Ce qui importe dans cette question du réel et de la fiction, ce n’est pas tant la réponse qu’elle attend, que l’interrogation des fonctions de la littérature qu’elle sous-tend.
Marie-Amélie Raucourt et Emma Schwarb nous confrontent à l’interrogation des villes par la littérature grâce à la fécondité de l’oeuvre littéraire de Calvino qui offre de nombreuses pistes pour une analyse urbano-poétique de la ville.
Ce projet de transcription en maquette des Villes invisibles d’Italo Calvino sera l’occasion d’interroger notre propre rapport aux villes en réalisant une exposition pensée comme une invitation à regarder, rêver et vivre nos villes autrement. Au delà des outils cartographiques que nous possédons aujourd’hui, nous en oublions parfois les capacités de perceptions sensibles et physiques liées à nos propres corps, mais également le pouvoir de l’imaginaire, du récit et des mots.

Exposition « Souvenir d’un futur »
Laurent Kronental

laurent-kronental_a3

« Souvenir d’un futur » est un témoignage sur la vie des seniors dans les grands ensembles de la région parisienne. Conçus pendant les Trente Glorieuses jusque dans les années 80 pour résoudre l’accroissement démographique, l’exode rural et accueillir une population immigrée tout en répondant aux besoins du confort moderne, ces quartiers sont aujourd’hui fréquemment stigmatisés par les médias et marginalisés dans l’opinion publique.
Loin de cette vision médiatique, fasciné par le modernisme à la fois ambitieux et suranné de ces ensembles, Laurent Kronental s’est ému de la condition des anciens qui y ont vieilli et qui représentent à ses yeux la mémoire des lieux.
Il a souhaité se questionner sur leurs conditions d’existence et mettre en lumière une génération parfois oubliée. En posant un regard sur des quartiers de banlieue souvent méconnus et au potentiel sous-estimé, il exprime son ressenti de poésie face à cet univers qui semble vieillir doucement et emporter avec lui le souvenir d’une utopie moderniste.